Home IWC Réplique IWC Portofino Remontage Manuel Grande Date : futur classique Replica Watches...

IWC Portofino Remontage Manuel Grande Date : futur classique Replica Watches Essentials Qui fait le meilleur

220
0
SHARE


Depuis plus d’un quart de siècle, la gamme Portofino est l’une des stars des collections IWC et l’expression même de la sobriété et de l’élégance. Tout comme le pittoresque petit village portuaire italien de Portofino qui symbolise la dolce vita des années 1960, « ces montres incarnent la beauté particulière et le charme discret » souligne la marque dans un récent communiqué.
 
Pas de doute ! L’appartenance à la famille des Portofino saute aux yeux. En toute discrétion et résolument élégante. Toutefois, en regardant le cadran de près, on découvre que ce garde-temps abrite des raffinements horlogers tels que sa grande date qui s’affiche à « 12 heures ». Deux disques fonctionnent en parfaite harmonie. L’un indique les dizaines au moyen de chiffres allant de 0 à 3, tandis que l’autre affiche les unités, de 0 à 9.
 
Cette synchronisation entre les deux disques est l’œuvre du mouvement IWC 59230 (à remontage  manuel), un développement technique basé sur la famille de calibres 59000. Avec ses grands ponts et platines, ce mouvement modernisé garantit un « haut degré de robustesse et de fiabilité » assure la marque dans son communiqué.
 
Mais cette nouvelle Portofino n’est pas seulement dotée d’une grande date ! Elle se distingue aussi par sa remarquable autonomie : après remontage complet, elle garantit exactement 192 heures, soit 8 jours, de précision, sans qu’aucune intervention ne soit nécessaire. L’affichage de la réserve de marche sur le cadran est placé à trois heures et la petite seconde à six heures.
 
La Portofino Remontage Manuel Grande Date est disponible en or gris avec cadran ardoise, aiguilles et index rhodiés et bracelet en cuir noir. La version en or rouge est proposée avec cadran argenté, aiguilles et index dorés ainsi qu’un bracelet en cuir brun foncé.
 
La maison Santoni, dirigée par Giuseppe Santoni, appartenant à la deuxième génération de ce célèbre fabricant de chaussures italien, réalise des bracelets en cuir exclusivement pour IWC Schaffhausen. Lors de la fabrication des bracelets dans la manufacture, un processus confère au cuir une patine, ce qui lui donne sa teinte caractéristique. Grâce à cette technique, le cuir a l’air d’avoir été porté et entretenu soigneusement depuis quelques années, bien qu’il soit tout à fait neuf, bien évidemment.
Une autre caractéristique typiquement Santoni est la doublure en cuir orange qui pare l’envers du bracelet. 

Avec l’Aquatimer Automatic Edition « Expédition Jacques-Yves Cousteau » (réf. IW329005), Iwc Suisse Replique perpétue la lignée des éditions spéciales qui rendent hommage à l’océanographe et pionnier français de la plongée sous-marine. En tant que partenaire de The Cousteau Society, la manufacture de Schaffhausen contribue notamment à la restauration de la Calypso, le navire océanographique de Jacques-Yves Cousteau. Cette nouvelle montre séduit par son cadran bleu foncé et son design épuré. Une gravure qui orne le fond du boîtier en acier fin (42 mm) représente le commandant Jacques-Yves Cousteau, coiffé de son fameux bonnet de laine. Étanche à 30 bars et équipé d’une fonction flyback, ce garde-temps dispose d’un remontage automatique et d’une réserve de marche de 42 heures. Les lunettes tournantes mécaniques externe et interne, le système SafeDive et les éléments luminescents viennent compléter ses attributs.À l’occasion du 74e Goodwood Members’ Meeting, IWC a dévoilé trois éditions spéciales de sa célèbre montre Ingenieur. L’Ingenieur Chronographe Edi­tion « 74th Members’ Meeting at Goodwood », éditée en seulement 74 exemplaires, rend hommage à cette épreuve légendaire du sport automobile qui se déroule dans le sud de l’Angleterre. Les modèles Ingenieur Chronographe Edition « Rudolf Caracciola » et Ingenieur Chronographe Edition « W 125 », édités chacun à 750 exemplaires, permettent également à ceux qui les portent d’afficher au poignet leur passion pour les courses de véhicules historiques. Sur ces trois modèles, IWC a par ailleurs intégré un nouveau calibre de manufacture, le 69370, utilisé pour la première fois.

Repaire des artistes et des people, de Maria Callas à Richard Burton, en passant par Jackie Kennedy, le petit port symbolise depuis les années 50 la dolce vita. Indesit Iwc 6125 S Replique l’immortalise avec sa ligne Portofino.Chaque année, la manufacture sort de nouvelles versions. La dernière en date est la Portofino Remontage manuel huit jours. La montre est fidèle aux codes qui ont fait son succès depuis 1984 : un large boîtier rond (45 millimètres), des cornes galbées, un cadran d’une grande simplicité comprenant un compteur petites secondes à 6 heures, date à 3 heures et un affichage de la réserve de marche à 9 heures. La taille du mouvement (37,8 mm) permet d’abriter un imposant barillet pouvant stocker de l’énergie pour plus de neuf jours. Mais les ingénieurs d’IWC ont choisi d’arrêter l’engrenage à huit jours afin de ne pas tirer sur la force du mouvement et compromettre la précision.Cette année, la gamme Portofino, l’une des plus chics de chez IWC, s’enrichit d’un modèle en or ou acier de 43,5 mm qui accueille au sein de son boitier, le calibre manufacture IWC à remontage manuel 59060 affichant (au dos) une réserve de marche de 192 heures. Désormais, vous allez hésiter entre la Portugaise et la Portofino !Incontestablement, cette montre se concentre sur l’essentiel : les heures et les minutes. Un point c’est tout. Rien ne détourne donc l’attention de son cadran épuré (index « bâton » pour les heures et 12 et 6 en chiffres romains). Même l’indication de la réserve de marche a été déplacée au dos de la montre, lisible à travers le fond saphir ! A noter que le verre à bord arqué fait paraître plus petit le diamètre de 43,5 millimètres de cette montre disponible en acier ou en or rouge.


Dans la galaxie très sélecte des supermodels, il y a aujourd’hui la Brésilienne Adriana Lima, et les autres. Après l’arrivée d’une princesse comme ambassadrice de Montblanc, le Salon international de la haute horlogerie, qui se tient cette semaine à Genève, a déroulé le tapis rouge pour celle qui est considérée comme l’une des plus belles femmes de la planète, presque au point de faire de l’ombre aux nombreuses autres personnalités venues se plonger dans le luxueux petit monde de la haute horlogerie.Il faut dire que le luxe ne connaît pas les ravages du temps. Au contraire : c’est pour fêter les trois quarts de siècle de son modèle culte, la Portugaise, que la manufacture suisse IWC avait invité les « amis » et ambassadeurs de la marque pour un dîner de gala réunissant huit cents personnes. Ni la neige ni la hausse du franc suisse ne les auront découragées de venir fêter le 75e anniversaire de la plus connue des montres signées IWC.Aux côtés d’Adriana Lima, on retrouvait ainsi un autre supermodel, Karolina Kurkova, ainsi que l’actrice Emily Blunt. L’acteur Christoph Waltz était également fidèle au rendez-vous horloger, en compagnie du footballeur Luís Figo et des deux ambassadeurs d’IWC au sein de l’univers de la Formule 1, Nico Rosberg et le nouveau champion du monde Lewis Hamilton.


Avec cette édition spéciale, IWC approfondit la thématique des îles Galápagos, archipel de l’océan Pacifique. Depuis 2009, la manufacture s’engage aux côtés de la Fondation Charles Darwin en faveur de la conservation de ce fragile écosystème à la biodiversité fascinante. Ce garde-temps en édition limitée est dédié au volcan La Cumbre, situé sur l’île Fernandina. Sur la lunette tournante interne, la seconde au centre et l’aiguille des minutes de l’affichage du chronographe, le rouge foncé symbolise le magma bouillonnant. Le fond du boîtier est orné d’une gravure représentant le volcan en éruption. Le boîtier en acier fin (44 mm) est quant à lui revêtu de caoutchouc noir mat, ce qui confère un toucher unique. Chaque boîtier est fixé au caoutchouc sous pression et sous chaleur dans un moule spécial. Une partie des bénéfices sera reversée à la Fondation Charles Darwin.IWC relance l’Aquatimer Automatic 2000 (réf. IW358001) en la parant d’aiguilles et d’indices jaunes et d’un cadran noir. L’origine de ce garde-temps remonte à 1982, date à laquelle Ferdinand A. Porsche conçut une montre destinée aux plongeurs démineurs. Avec une étanchéité pouvant atteindre 2 000 mètres, cette Aquatimer Automatic 2000 est un outil haut de gamme destiné aussi bien à des plongeurs professionnels qu’à des amateurs ambitieux. Animée par le mouvement de manufacture IWC calibre 80110, la montre est dotée d’un remontage automatique et d’une réserve de marche de 44 heures. Elle dispose de lunettes tournantes mécaniques externe et interne, du système SafeDive et d’éléments luminescents. Le mouvement est logé dans un boîtier en titane de 46 millimètres de diamètre avec un fond orné d’une gravure représentant un plongeur de grands fonds. Un bracelet en caoutchouc noir vient compléter l’aspect résolument sportif de la montre.

Les chiffres carrés soulignent le caractère technique du chronographe. Des ouvertures au milieu des guichets laissent entrevoir les axes du mécanisme des disques. Le cycle quadriennal des années bissextile, est représenté de manière digitale. Une nouveauté vient compléter le design du calendrier perpétuel : au-dessus des disques de la date, du mois et de l’année bissextile, le cadran est incrusté de verre saphir semi-transparent, ce qui permet d’observer le jeu complexe des disques lors de la commutation. Durant la nuit de la Saint-Sylvestre (dans moins d’un mois), les cinq disques d’affichage se mettent en mouvement de manière synchronisée –un évènement technologique impressionnant que les amateurs de complications ne voudraient manquer à aucun prix. Tous les quatre ans, le calendrier perpétuel affiche le 29 février comme jour supplémentaire. C’est seulement le 1er mars 2100 qu’une correction devra être effectuée, car cette année-là n’est pas une année bissextile, en dépit du cycle quadriennal habituel. Malgré son mécanisme compliqué, le calendrier est facile à régler au moyen de la couronne. Quand il s’agit d’utiliser les tout derniers matériaux high-tech, la concurrence est rude, tant dans l’horlogerie que dans la compétition automobile… C’est la première fois qu’IWC présente un boîtier en aluminure de titane (TiAl), soulignant ainsi sa passion pour les solutions innovantes.



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here