Home Blancpain Réplique Qui fait le meilleur Tourbillon Diamants Réplique des revendeurs de confiance

Qui fait le meilleur Tourbillon Diamants Réplique des revendeurs de confiance

533
0
SHARE

Depuis 1735, Blancpain a présenté un nombre considérable de premières mondiales. Le sertissage inédit et exclusif « baguettes » exécuté sur le nouveau Tourbillon Diamants s’inscrit dans cette philosophie de constante innovation. Sublimée de 480 diamants pour un total de 58 carats, cette pièce d’exception a fait appel à des techniques de pointe pour revêtir un cadran, une lunette, une carrure, des cornes et un bracelet intégralement sertis. Cette technique de sertissage novatrice produit un effet visuel tout à fait unique. Le pavage déstructuré de diamants baguettes sur le cadran est d’une incroyable complexité tant par la disposition que par la taille spécifique de chaque pierre. La forme ronde classique de la montre ajoute une difficulté supplémentaire, puisque chaque diamant est ajusté avec précision pour s’insérer parfaitement et harmonieusement à l’ensemble. Les dimensions et dispositions variables des diamants rehaussent l’éclat des multiples facettes parées de reflets d’une éblouissante clarté.

L’éclat extérieur de ce garde-temps d’exception n’a d’égal que sa beauté intérieure. Le Tourbillon Diamants abrite en effet le Calibre Blancpain 25A, un mouvement mécanique à remontage automatique disposant de 7 jours de réserve de marche et animé de 238 composants. Signature des pièces de haute horlogerie, l’anglage des composants, les décorations Côtes de Genève et le perlage sont autant d’opérations manuelles réalisées par des artisans aux doigts d’or et à la gestuelle précise.

Le boîtier en or gris de 40 mm de diamètre du Tourbillon Diamants est étanche à 100 mètres. Son fond saphir permet d’apprécier le travail de finition apporté à tous les composants et d’admirer le va-et-vient de la masse oscillante en platine ciselée à la main. Le bracelet articulé en or gris entièrement serti pour un total de 42 carats, s’harmonise avec élégance et prestige aux diamants qui semblent jaillir du cadran.

Reconnu pour son engagement pour la protection des métiers d’art, pou ses ateliers de gravure et de peinture sur émail ainsi que ses pièces damasquinées, Blancpain vient de dévoiler des montres en shakudō. D’origine japonaise, il s’agit d’un alliage principalement composé de cuivre et d’or qui selon sa composition et sa texture peut se patiner dans une couleur foncée entre marron, bleu et noir. De toute beauté.La patine noire est obtenue selon un procédé de passivation, grâce à l’application sur le shakudō d’une solution composée d’acétate de cuivre (vert-de-gris), appelée rokushō, traditionnellement fabriquée au Japon. Selon le nombre de passages du shakudō dans la solution, le noir devient de plus en plus profond et de plus en plus intense. Rappelons que le shakudō a été utilisé à l’époque pour réaliser entre autres les gardes des sabres, des objets décoratifs ou encore des bijoux. Les artisans décoraient le shakudō en le gravant et en ajoutant des ornements.Rarement utilisé dans l’horlogerie, ce savoir-faire est remis au goût du jour par Blancpain avec une série de pièces uniques qui mettent à l’honneur l’expertise de la manufacture en matière de métiers d’art. Pas moins de quatre différents modèles ont été présentés à l’occasion de la Foire de Bâle 2015 mêlant shakudō, gravure et damasquinage. Chaque pièce est exclusive, car en fonction de la sensibilité du graveur et de sa façon d’utiliser la patine rokushō, les différentes nuances et les effets de profondeur en font à chaque fois une pièce unique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here