Home Blancpain Réplique Nous achetons Naissance du calibre Blancpain 13R0 Réplique cher

Nous achetons Naissance du calibre Blancpain 13R0 Réplique cher

521
0
SHARE

Blancpain Le Brassus, « 8 Jours » – Date et seconde, indication de la réserve de marche, cadran opalin, manuel
Réf. 4213-3442-55B – calibre 13R0
« On n’écrit bien qu’avec une gomme », a dit un jour un homme de Lettres. Cette quête de l’essentiel, ce
refus du superflu est aussi le mot d’ordre qui a guidé les horlogers de Blancpain dans le développement du
nouveau Calibre de base 13R0. Car les constructions les plus simples sont celles qui présentent un maximum de fiabilité à long terme – tout en facilitant la maintenance. Mais en horlogerie comme en littérature, la simplicité est souvent le fruit d’un long travail de recherche. Montres Blancpain Leman Replique a minutieusement étudié toutes les composantes des mouvements mécaniques afin de choisir les solutions les plus performantes. Résultat : un moteur efficace, précis et fiable, qui repousse une fois de plus les limites de la belle horlogerie. Une création à la fois très sobre et très prestigieuse – à l’image des plus beaux garde-temps Blancpain.

Un système de vis réglantes pour la précision

L’attention de Blancpain s’est portée tout d’abord sur le balancier-spiral – l’organe réglant de la montre – et sur son système de réglage. La plupart des calibres mécaniques sont dotés d’un organe mobile appelé «raquette» qui permet de varier la longueur active du spiral, et par là même la vitesse d’oscillation du balancier. Certaines marques optent pour un col-de-cygne, d’apparence plus décorative. Dans sa quête
d’élégance et de performances, Blancpain a choisi une autre approche. Le contrôle de la marche s’effectue grâce à des vis réglantes placées sur la serge du balancier. Lorsqu’on resserre les vis vers l’intérieur,
le diamètre actif du balancier se réduit, ce qui augmente la vitesse des oscillations – et inversement. Ce système présente plusieurs avantages par rapport aux dispositifs courants. Il prend moins de place qu’une raquette ou qu’un col-de-cygne. Le spiral conserve des oscillations concentriques puisque aucun organe ne vient appuyer sur l’une de ses extrémités (ce qui modifierait inévitablement sa forme). Aucun risque non plus qu’un choc ne modifie la position de la raquette ou du col-de-cygne, altérant la marche de la montre. Mais l’atout suprême demeure la précision et l’efficacité du réglage. Nul besoin de rechercher empiriquement le bon réglage, à coup de petites poussées d’avant en arrière. Le système de vis réglantes permet de connaître à l’avance les changements de marche. Ainsi sur le Calibre 13R0, un quart de tour sur deux vis diamétralement opposées se traduit par une modification de trente secondes par jour. Une fois la marche de la montre vérifiée sur un chronoscope, l’horloger sait exactement de combien de fractions de tour il devra serrer ou desserrer les vis. Pour faciliter ce travail, Blancpain a doté les vis micrométriques en or de têtes carrées ; l’horloger peut ainsi visualiser plus aisément les corrections qu’il effectue.

Un balancier plus grand en titane pour la régularité de marche

Voici une très belle nouveauté chez Blancpain. Pour deux raisons. D’une part, car c’est la toute première fois que la collection Villeret arbore une grande date. Et d’autre part, car les horlogers du Brassus ont eu la bonne idée de la placer à 6 heures (par le biais de deux larges guichets). Ce qui confère à ce modèle ultra-classique et intemporel (Réf: 6669-3642-55B), une touche d’originalité certaine. Lorsqu’ils ont conçu le calibre 6950, les horlogers avaient pour objectif premier de faciliter la lecture de la date par un affichage plus grand avec changement instantané à minuit tout en limitant l’épaisseur du mouvement. Le résultat est un mouvement automatique pourvu de deux barillets et d’un mécanisme de grande date doté d’une protection contre les chocs. Il possède également un balancier à inertie variable avec spiral en silicium et des vis réglantes en or. A noter que cette Villeret est dotée d’un boitier très pur en or rouge de 40 mm (taille idéale, ni trop petite ni trop grande). Le cadran opalin est d’une grande clarté. Soulignons également la présence d’un tour d’heure qui souligne les appliques en chiffres romains, les aiguilles feuilles (avec légère touche de Superluminova), la grande date à 6h bien évidemment, le fond saphir dévoilant la masse au décor nid d’abeille et le bracelet en alligator chocolat.

La réflexion s’est portée ensuite sur le diamètre du balancier. Le but était notamment d’obtenir
un rapport entre masse et inertie le meilleur possible, grâce à un balancier de diamètre
plus grand, ce qui permet de réduire la différence de marche en positions horizontale et
verticale. Afin d’optimiser la régularité de la marche, Blancpain a choisi un alliage de titane.
Ce matériau d’avant-garde, très difficile à travailler, présente plusieurs avantages décisifs.
Il est nettement moins sensible aux variations de température que le glucydur, utilisé dans la plupart des
balanciers modernes. Il est amagnétique. Il se distingue également par sa grande légèreté. Or plus un balancier
est léger, moins son mouvement de va-et-vient consomme d’énergie. Moins la force de gravité influe sur la régularité de ses oscillations en fonction des diverses positions. Et moins il n’engendre d’influence sur son minuscule pivot, d’un diamètre de 6,5/100 de millimètre, soit l’épaisseur d’un cheveu. En conséquence, le spiral, qui a pour fonction de compenser la dilatation du balancier, a dû être adapté en fonction du balancier en titane.

Un spiral Breguet pour l’isochronisme

Un spiral plat, sur un seul plan, ne peut se développer de manière parfaitement concentrique. Pour garantir
au balancier-spiral un maximum d’isochronisme (oscillations régulières quelle que soit l’amplitude),
Blancpain a opté pour un spiral dit « Breguet », avec courbe extérieure relevée et légèrement ramenée vers
le centre sur un plan parallèle au ressort ; cette astuce permet au spiral de conserver sa forme ronde à
tout moment (contraction ou expansion). La fabrication d’un spiral Breguet exige un surcroît de travail
important. En l’absence de machines capables de produire un résultat adéquat, chaque courbe terminale
– d’une extrême minceur – doit être patiemment formée à la main. Une démarche qui exige une solide
expérience, doublée d’un doigté hors pair. Mais ce choix exigeant contribue à donner au mouvement une
plus grande régularité de marche, d’où une meilleure précision.

Trois barillets pour une réserve de marche de 8 jours

En développant le Calibre 13R0, les horlogers de Blancpain se sont également attachés à trouver les solutions les plus performantes au niveau de l’énergie. Il s’agissait notamment de donner au mouvement une autonomie de marche optimale, tout en garantissant à tout moment une énergie de la meilleure « qualité ». Le nouveau Calibre 13R0 (dans sa version actuelle heures / minutes / secondes / date) possède une réserve de marche exceptionnelle de 8 jours (192 heures). Pour relever ce défi, Blancpain l’a doté de trois barillets montés en série. Les constructeurs se sont livrés à de savants calculs pour définir avec précision la taille et le couple de chaque
ressort. Les trois ressorts s’arment et se désarment successivement. Mais le deuxième prend le relais du
premier avant que la force de celui-ci ne faiblisse. De même pour le troisième. Ce système garantit une
énergie constante tout au long des 8 jours de réserve de marche. Les deux ressorts les plus proches de la
tige de remontoir sont équipés de brides glissantes ; cette double sécurité évite tout dégât au mouvement en cas de surtension des ressorts (si l’on force sur la couronne).

Une date « à double sens » pour une sécurité optimale

Autre perfectionnement technique : le changement de date à minuit ainsi que la correction rapide peuvent
s’opérer dans un sens comme dans l’autre. Sur la plupart des montres, il est impossible de faire reculer les aiguilles des heures et des minutes au-delà de minuit, au risque d’endommager le mécanisme de changement de la date. Sur le nouveau Calibre 13R0, le doigt qui actionne le disque de la date glisse simplement sur les dents en sens contraire, sans risque de s’abîmer ni d’endommager le disque.

Un décor digne de la grande tradition

Si la construction du nouveau Calibre 13R0 vise à un maximum de simplicité et d’efficacité, ses finitions
se distinguent par leur extrême raffinement et leur esthétique haut de gamme. Dans les ateliers du Brassus, récemment rénovés et agrandis, les artisans de la Manufacture ne comptent ni les heures ni les efforts de patience et de minutie pour décorer chaque pièce dans l’esprit de la haute horlogerie. Un travail à la main qui fait de chaque mouvement une authentique œuvre d’art. Les ponts, retravaillés à l’ancienne, présentent d’élégantes découpes ainsi qu’un anglage plus marqué qu’à l’ordinaire ; ils sont également rythmés par un décor de côtes de Genève, signe de reconnaissance d’un mouvement de belle facture. Tous les aciers ont les traits étirés et sont anglés à la main. Les platines sont perlées, les roues cerclées et anglées. Le rochet et le noyau de couronne sont ornés d’un décor soleil.

Le regard est frappé par les rubis de grande taille,
délicatement cerclés d’or. Mais par souci de simplicité, Blancpain a renoncé à utiliser des chatons pour loger
les pierres. Ces pièces intermédiaires se justifi aient pleinement à une époque où les techniques de perçage
des trous et de fabrication des rubis n’atteignaient pas une précision suffisante pour assurer un assemblage
parfait. Les progrès de la technique permettent maintenant de chasser les pierres directement dans les ponts et les platines, avec des tolérances infimes. Pour conserver la magie visuelle des rubis scintillant dans l’or, Montre Blancpain 2015 Replique a fait revivre la technique ancestrale de l’« œil-de-perdrix ». La creusure autour du trou destiné à accueillir le rubis est soigneusement polie miroir, puis dorée ; les doubles moulures ajoutent une note d’originalité et d’exclusivité. Les constructeurs ont également apporté un soin particulier à dégager le centre du mouvement afin de ménager une belle perspective sur la grande roue des secondes.

L’heure du renouveau

Le nouveau Calibre 13R0 a été conçu dès l’abord comme un mouvement de base destiné à accueillir divers modules de complications. Cette optique obligera Montre Blancpain Carrousel Replique à retravailler toutes les célèbres « planches » complications qui ont contribué à sa notoriété. Il est également prévu que ce mouvement évolue vers une version à remontage automatique. Le Calibre 13R0 et ses développements futurs devraient donc annoncer un grand renouveau dans les collections de mouvements Blancpain. Un pas de plus vers la précision, la fiabilité et la performance. « Nous écrivons aujourd’hui l’histoire de demain », aimait à dire Jehan-Jacques Blancpain, fondateur de la Manufacture en 1735. Une philosophie qui s’illustre à merveille dans le nouveau Calibre 13R0.